Un trésor de porcelaine caché derrière le poulailler


Maître Martial Bournier était à la recherche d’une collection de céramiques asiatiques des XVIIe et XVIIIe siècles. C’est au fond d’un jardin, dans une propriété des Ardennes qu’il a retrouvé ces pièces de grande qualité, créées à l’époque pour le marché occidental. La dispersion de cet ensemble aura lieu samedi 7 octobre 2017 à Charleville-Mézière et sur le Live d’Interencheres.

.

Une découverte épique, digne de Koh-Lanta

Au mois d’août dernier, plutôt que de partir en vacances, Maître Martial Bournier partait à la recherche d’une collection disparue de céramiques chinoises. « Suite au décès du passionné qui les avait rassemblées, j’avais déjà vendu une première partie de cet ensemble d’arts asiatiques. Je me suis donc rendu chez ce monsieur pour retrouver la seconde partie. Je l’ai découverte tout au fond du jardin, derrière le poulailler et sous les cages à lapins recouvertes de ronces, à l’intérieur d’une sorte de vide sanitaire. Là, étalées sur un grand tissu bleu humide, des centaines de porcelaines de Chine dormaient dans la poussière. » Galvanisé par sa découverte et la qualité visible des pièces, le commissaire-priseur décide alors de tout rapatrier jusqu’à sa maison de ventes de Charleville-Mézière : « il pleuvait des cordes et nous devions traverser bois et ruisseaux pour mettre ce trésor à l’abri, c’était presque Koh-Lanta ! »

.

.

 

Une histoire, deux familles : la rose et la verte

« Des porcelaines des XVIIe et XVIIIe de grande qualité et toutes fabriquées en Chine pour les Occidentaux, en respectant leurs préférences, et ramenées en France par la Compagnie des Indes », détaille le commissaire-priseur. La majorité des céramiques retrouvées sont « de la famille rose », avec des motifs à dominantes de tons roses. Inventé par un Hollandais du nom d’Andreas Cassius, le « pourpre de Cassius » est particulièrement utilisé en Chine pendant le règne de l’Empereur Qianlong (1736-1796) pour les céramiques destinées à l’exportation, et très souvent ornées de motifs végétaux composés de fleurs et de bouquets (photo : détail d’un grand plat rond à décor de pins, rochers, pivoines,  oiseaux et branches de fleurs, estimé 700 à 900 euros). Des représentants de la « famille verte », céramiques plus anciennes car datant du règne de l’Empereur Kangxi (1662-1730), et au registre décoratif plus sobre et orné de savants dessins sont également présents dans cet ensemble.

.

.

Madame de Pompadour et le roi du Portugal

Des créations particulières, destinées aux grandes maisons princières, étaient également réalisées par les artistes chinois et rapportées par les bateaux de la Compagnie des Indes. Ainsi, le collectionneur ardennais a-t-il pu récupérer un service de 108 pièces du service dit « aux deux paons » destiné roi Jao VI du Portugal (1726-1826) ainsi que 67 pièces du service dit « Pompadour » censé être réservé à Madame de Pompadour, « en raison des cartouches contenant un poisson et un aigle sous une couronne. Le poisson y serait une référence au nom de jeune fille de la marquise, Jeanne Poisson, et l’aigle représenterait son amant Louis XV. Mais il n’existe pas de preuve de cette attribution, d’autant qu’il est peu probable que la Pompadour ait apprécié ce jeu de mot rappelant ses origines roturières… Ce service réalisé autour de 1745 devait être destiné exclusivement aux amateurs français », précise Maître Bournier.

 

..

Plus de 100 lots estimés de 40 à 35 000 euros

Si les ventes aux enchères d’arts asiatiques sont aujourd’hui particulièrement plébiscitées par le marché chinois, la dispersion de cet ensemble cohérent et de grande qualité devrait, de par son histoire, également intéresser les acheteurs français. Les assiettes rondes, creuses et plates, les pots à épices, les légumiers, les cafetières, les pots à lait, les rafraichissoirs, verseuses, tasses, coupes et statuettes ont été divisés en 102 lots. Samedi 7 octobre 2017, à Charleville-Mézière et en direct sur le Live d’Interencheres, ils seront mis en vente à partir de 40 euros et jusqu’à 35 000 euros.

.

.

Lien vers l’annonce de la vente aux enchères

.

Les commentaires sont fermés.