A LA UNE : des bronzes d’Astruc, une Vénus de Rodin, une encre de Gao Xingjian…

Fini les vacances, le temps est venu de reprendre la route des enchères ! Au programme, les masques d’Astruc du jardin du Luxembourg, un bronze de Rodin, un fusain de Cézanne, une encre de Gao Xingjian, une toile d’Hubert Robert, des fauteuils Ruhlmann, une broche sertie d’un saphir de Ceylan, un oiseau de Lalanne… Découvrez notre sélection en images d’objets annoncés dans les ventes aux enchères du 6 au 12 novembre 2017.

.

Coup de cœur de la rédaction

L’expression soucieuse de Victor Hugo et celle plus enjouée d’Honoré de Balzac vous semblent familières ? Vous avez peut-être aperçu ces mêmes visages lors de promenades dans les allées du jardin parisien du Luxembourg, ainsi que ceux de quatre autres figures en bronze présentes sur ce cadre, à l’effigie de personnalités artistiques du XIXe siècle : Camille Fauré, Hector Berlioz, Alexandre Dumas et le compositeur Charles Gounod. Près du grand bassin faisant face au Sénat s’élève en effet la statue du « Marchand de masques » par Zacharie Astruc (1833-1907), sur le socle de laquelle se trouve cinq de nos portraits, le sixième de Victor Hugo, étant brandi à bout de bras par le personnage central.

« Astruc a offert ce cadre composé de six masques en ronde bosse à l’un de ses amis peintres », explique Maître Régis Bailleuil. « La qualité des bronzes est tout à fait remarquable, ajoute l’expert Jacques Mahier. La ciselure est d’une grande précision. Tous les détails d’expressions des yeux et des plis du front rendent parfaitement vivants les muscles de ces visages. » Plus artistique et unique qu’une Tour Eiffel en plastique, ce souvenir de l’un des plus célèbres sites touristiques de Paris est estimé entre 8 000 et 10 000 euros. Il sera mis aux enchères par Maîtres Régis Bailleul et Agnès Nentas dimanche 12 novembre 2017 à Bayeux.

.

Les commentaires sont fermés.