Adjugé ! Quand Angrand et Boudin côtoient César et Napoléon…

[Adjugé ! Du 13 au 19 novembre 2017] Une oeuvre de Charles Angrand adjugée 820 000 €, une feuille de laurier de la couronne de Napoléon Ier vendue 500 000 €, un aureus de César cédé 175 000 € … retour sur quelques très belles adjudications de la semaine dernière !

 

C’est bien un « coin » du parc Monceau qui suscitait l’engouement samedi 18 novembre dernier à Poitiers ! Avec un sujet simple, un parc prétexte à l’étude des effets de lumière, le peintre Charles Angrand raflait la mise à l’Hotel des ventes de Poitiers pour 820 000 €.

Lire notre article : « Comment regarder un tableau pointilliste »

Les paysages normands étaient quant à eux à l’honneur à Cannes (Azur Enchères) notamment avec la présentation de deux toiles d’Eugène Boudin représentant les ports du Havre (Seine-Maritime) et de Trouville (Calvados), respectivement adjugés à 250 000 € et 142 000 € .

 

Très belle surprise également pour les numismates : un aureus de Jules César pulvérisait son estimation (7 fois !) le 17 novembre à Paris chez Oger & Blanchet pour être adjugé 175 000 €. Frappé en Orient en 48-47 avant J.C., sa rareté et sa provenance (cette monnaie a fait partie de la collection du Metropolitan Museum of Art de New York) ont visiblement enthousiasmé les collectionneurs.

Lire notre article : « Les monnaies romaines ont la cote »

 

A Fontainebleau (Osenat), la popularité de Napoléon Ier n’était pas démentie le 19 novembre avec l’adjudication à un demi-million € d’une exceptionnelle feuille de laurier extraite de la couronne de l’Empereur avant le sacre.

 

A Marseille, c’est un ancien livre de prière coranique écrit en arabe maghribi qui créait l’événement sous le marteau de Maîtres Bonnaz et Mazzella. Adjugé sur le Live à 106 000 , ce parchemin andalou (ci-dessus) du XIIIe siècle a attiré les collectionneurs du monde entier. « Ces livres sont rares sur le marché et celui-ci présentait la particularité d’être quasiment complet, commente Maître Renaud Mazzella. Il était composé de 114 folios. » Ainsi, ce riche document enluminé est parti sous un tonnerre d’applaudissements, acheté par un collectionneur originaire du Moyen-Orient, connecté sur le Live d’Interencheres.

L’envolée s’est poursuivie quelques minutes plus tard, avec Le Sultan du Maroc et son escorte d’Henri Emilien Rousseau (1875-1933) adjugé 210 000 euros à un collectionneur français. Un résultat qui confirme le caractère exceptionnel de ce chef-d’œuvre de l’orientalisme représentant un portrait du roi du Maroc.

Lire notre article : « Un chef-d’œuvre orientaliste d’Henri Rousseau aux enchères à Marseille : décryptage »

 

Tous les prix sont indiqués hors frais de vente.

 

Tableaux et œuvres graphiques

 

 

Mobilier, objets d’art, numismatique, bibliophilie…

 

 

Les commentaires sont fermés.