Comment regarder un tableau de Caillebotte ?

Mise à jour du 26 juin 2017 : la toile de Gustave Caillebotte a été adjugée 740 000 euros.

Une œuvre muséale, réalisée par l’un des grands maîtres de la peinture moderne sera bientôt mise aux enchères. Mardi 20 juin 2017, à l’Hôtel des ventes de la Vallée de Montmorency, à Deuil-la-Barre, et en direct sur le Live d’Interencheres, Maître Valerie Régis mettra en vente la « Vue du Petit-Gennevilliers depuis le Fossé de l’Aumône », un trésor impressionniste inédit sur le marché de l’art estimé de 200 000 à 300 000 euros.

.

Imaginez-vous devant un tableau du maître impressionniste Gustave Caillebotte. Vous vous saisissez de cette huile accrochée au mur, vous observez sa signature « g Caillebotte » en bas à droite, puis vous retournez l’œuvre pour observez, au dos, la toile d’origine. Vous remarquez alors le tampon de la maison Dubus, à Paris, où l’artiste avait l’habitude d’acheter son matériel de peinture. Non, vous ne serez pas interrompus par les vociférations des gardiens du musée vous rappelant à l’ordre. Cette rêverie pourra aisément se poursuivre à l’Hôtel des ventes de la Vallée de Montmorency, samedi 17 et lundi 19 juin, dates auxquelles la « Vue du Petit-Gennevilliers depuis le Fossé de l’Aumône » sera exposée au public.

.

Au premier regard porté sur l’huile, le spectateur est frappé de voir qu’il surplombe le paysage. Placé en contre-haut, il bénéficie d’une vue plongeante sur ce paysage champêtre. « Ce choix de cadrage, digne d’une prise de vue photographique, est caractéristique de l’œuvre de Caillebotte. L’effet de perspective est accentué par la coupe volontaire des arbres au milieu du feuillage, à la manière des estampes japonaises qui ont largement inspiré Caillebotte », détaille Maître Valerie Régis.

.

.

Au second plan, les meules de foin indiquent que nous sommes en été. Seules quelques maisons apparaissent au loin, et semblent profiter des derniers instants de tranquillité qu’ils leur restent avant l’industrialisation foudroyante du Val d’Oise. Gustave Caillebotte a choisi de s’installer ici de l’autre côté du pont d’Argenteuil dans le Petit Gennevilliers. Ce décor inspirera plusieurs de ses tableaux, qui portent d’ailleurs également  la localisation du « Petit Gennevilliers » dans leur titre.

 

Si l’installation de Manet dans cette même région a sûrement incité Caillebotte à choisir les bords de Seine, il partage sa passion pour la voile avec un autre peintre impressionniste : Alfred Sisley. Les deux artistes fréquentent le cercle de la voile du Petit Gennevilliers, où Gustave Caillebotte se liera d’amitié avec un certain Edmond, à qui il l’offrira comme cadeau de mariage. Resté dès lors dans la famille de cet ami, la « Vue du Petit-Gennevilliers depuis le Fossé de l’Aumône » a été reconnu par le comité Caillebotte qui remettra un certificat d’authenticité à l’acquéreur du tableau.

.

.

.

« Vue du Petit Gennevilliers depuis le Fossé de l’Aumône »

De Gustave Caillebotte (1848-1894), huile sur toile peinte vers 1889, signée en bas à droite. Hauteur : 73 centimètres et 60 centimètres de largeur. Estimation : de 200 000 à 300 000 euros

Lien vers l’annonce de vente du tableau

.

.

.

Les commentaires sont fermés.