Une broche Van Cleef & Arpels en vente à Argenteuil : les secrets du serti mystérieux

Un clip « Petit Pavot » du célèbre joaillier Van Cleef & Arpels sera mis aux enchères par Maître Marie-Laure Thiollet jeudi 14 décembre 2017 à Argenteuil et sur le Live d’Interencheres. Estimé entre 80 000 et 100 000 euros, ce grand classique témoigne du savoir-faire de la maison française qui a fondé sa renommée sur la technique complexe du serti mystérieux.

Figurant une fleur de pavot, cette broche mise aux enchères par Maître Marie-Laure Thiollet jeudi 14 décembre à Argenteuil est caractéristique du style floral et naturaliste qu’adopte la maison de joaillerie française Van Cleef & Arpels depuis sa création en 1896.

« C’est un modèle classique que la marque reprend régulièrement, en changeant par exemple le nombre et la disposition des pétales », explique la maison de ventes d’Argenteuil. Mais la pièce arbore surtout la technique de fabrique qui a fait le succès de la marque : le serti mystérieux. Lire la suite

Aux enchères à Blois : un bol de Meissen d’un service du Metropolitan Museum de New York

Avant d’arriver dans la petite commune de Montrichard, en Touraine, Maître Guillaume Cornet n’imaginait pas qu’il allait faire une découverte qui impliquerait la première manufacture européenne de porcelaine, la famille Rotschild et l’une des plus grandes institutions muséale des Etats-Unis. Avant la mise aux enchères de ce bol samedi 9 décembre 2017 à Blois et sur le Live, le commissaire-priseur revient sur cette découverte.

.

« Le rendez-vous est fixé dans une résidence de Montrichard, petite commune de Touraine. Je suis invité à procéder à l’inventaire, après succession, des meubles d’un studio. L’héritère avait dans l’idée de donner l’ensemble du mobilier et des objets présents dans l’appartement, pensant qu’il n’y avait rien de valeur. Mais en entrant dans l’appartement, j’aperçois un meuble-vitrine dans lequel se trouve un bol étincelant qui attire tout de suite mon attention. La dorure ornant la porcelaine est d’une telle qualité et surtout si bien conservée que je pense d’abord à une réalisation plutôt récente, probablement du XIXe siècle. Mais après examen complet par l’expert en céramique ancienne Cyrille Froissart, il s’agit d’une œuvre du XVIIIe siècle, faisant partie d’un ensemble conservé au Metropolitan Museum de New York.

.

Dans les collections de l’institution américaine figurent en effet une cafetière, une théière, un sucrier et deux tasses avec soucoupes du même service. D’après les recherches de Cyrille Froissart, ces éléments pourraient provenir des anciennes collections de Gustave de Rothschild (1829-1911). Notre bol, de 16,5 centimètres de diamètre et de 8,5 centimètres de haut aurait-il pu appartenir à cette éminente famille ? Cette éventualité est probable, bien qu’on ne puisse pas la certifier…

.

La marque des épées croisées figurant sous le bol indique qu’il s’agit d’une pièce de Meissen, la première manufacture allemande à fabriquer des porcelaines en Europe. Elle fut réalisée dans le style de Johann Gregorius Höroldt (1696-1775), un des créateurs de la fabrique. Plusieurs collectionneurs allemands nous ont déjà communiqué leur intérêt pour ce bol, estimé de 3 000 à 4 000 euros.  »

.

Découvrez ce bol en vente samedi 9 décembre à Blois

Records mondiaux pour des violons et archets vendus à Vichy

Mercredi 29 et jeudi 30 novembre 2017, des archets et instruments de musique ont pulvérisé leurs estimations sous le marteau de Maître Etienne Laurent à Vichy, qui dispersait notamment l’exceptionnelle collection Bernard Millant, l’un des plus grands experts d’archets au monde. Retour sur une semaine historique, ponctuée de records, jusqu’à 570 000 euros. Lire la suite

Adjugés ! Tapisserie et porcelaine sous toutes les formes

[Adjugé ! Du 27 novembre au 3 décembre 2017] Quoi de plus décoratif qu’une tapisserie ? Tous les styles se retrouvent aux enchères, de la création d’Elie Grekoff (1914-1985) avec le lissier Raymond Picaud adjugée 750 € à la tapisserie de verdure à décor de château vendue 800 € par la maison Enchères Pays de Loire à Angers le 28 novembre.

Le 27 novembre à Paris, les amateurs de figurines pouvaient découvrir plusieurs lots en porcelaine chez Blanchet et associés, de 160 à 400 € : hussards, grenadier, sapeur d’infanterie….

De nombreux vases étaient également proposés la semaine dernière : faïence de Rouen ou de Longwy, porcelaine chinoise, etc.

Lire la suite

Des oeuvres inédites du XVII-XVIIIe : la collection Dormeuil enregistre des records à Senlis

26 pièces provenant de la prestigieuse collection de l’industriel Georges Dormeuil (1856-1939) étaient mises aux enchères par Maître Dominique Le Coënt-de Beaulieu dimanche 10 décembre 2017 à Senlis et sur le Live d’Interencheres. La vente a été un succès et a multiplié les records. Elle a comptabilisé 722 000 euros d’adjudication, soit plus du double de l’estimation, et a été marqué par une forte affluence en Live, avec 366 inscrits et 95 000 euros adjugés. Ces œuvres sur papier, tableaux, meubles et objets d’art témoignaient de l’œil acéré qu’eut ce brillant créateur de tissu, passionné d’art. Zoom sur trois portraits inédits des XVIIe et XVIIIe siècles. Lire la suite

A LA UNE : 132 diamants, des huiles de Sérusier, une tapisserie de Beauvais…

Les maisons de vente commencent le mois de décembre en beauté. Au programme : un bronze d’Auguste Rodin, 132 diamants, une encre de Vu Cao Dam, une toile de Paul Gauguin, une chambre à coucher d’Emile Gallé, une tapisserie de la manufacture royale de Beauvais, des huiles de Paul Sérusier, une sculpture de Jean-Léon Gérôme, un acrylique de Martin Barré, une photographie de Nadar, un herbier de la taille d’une bibliothèque… Découvrez notre sélection en images d’objets annoncés dans les ventes aux enchères du 4 au 10 décembre 2017.
Lire la suite

La Suite Vollard de Picasso adjugée 1,55 million € : retour sur une vente hors norme

A l’occasion de la 50e et toute dernière dispersion de la collection du célèbre marchand d’estampes Henri Petiet (1894-1980), la maison de ventes Ader-Nordmann organisait les 25 et 26 novembre 2017 une vente atypique, sans téléphone ni Internet, dans l’enceinte du majestueux Opéra-Comique parisien. Un défi audacieux auquel les collectionneurs du monde entier ont répondu présent, poussant les enchères jusqu’à 1,55 million d’euros pour un ensemble de 100 gravures signé Picasso. Lire la suite