Un vase chinois de bon augure à Cannes

Ce vase de Chine de la dynastie Qing du XIXe siècle figurera le jeudi 4 décembre 2014 parmi les 300 lots de la vente d’art asiatique organisée par Maîtres François Issaly et Julien Pichon. La vacation, qui se déroulera à Cannes et sur le Live d’Interencheres, annonce la semaine de l’art asiatique qui débutera le 8 décembre prochain.

.
Sa forme, fortement pansue et ornée d’un long col, est dite « Tianqiuping », c’est-à-dire « sphère céleste ». Elle est décorée de neuf dragons rouges parmi les flots écumant en camaïeu bleu. Les dragons orientaux sont en effet intimement liés au climat et à l’eau. Selon la mythologie, ils vivent dans ou à proximité de fleuves tumultueux, au fond des océans ou au cœur des gros nuages, comme c’est le cas pour notre vase. Les dragons sont souvent représentés au nombre de neuf comme ici, ce chiffre étant de bon augure.

.
Ce vase, qui devrait donc porter chance à son nouveau propriétaire, est étonnant par sa taille, avec sa hauteur de 54 centimètres. Son décor d’émaux sous couverte est typique de la technique de la porcelaine chinoise, connue notamment pour son décor bleu peint au pinceau avant d’être recouverte d’une glaçure, et ce depuis la dynastie Yuan au XIVe siècle.

.
Le décor des vases chinois comme celui-ci, datant de l’époque du XIXe siècle, reprend en réalité le répertoire de formes qui existait au XVIIIe. En effet, ces vases réinterprètent les modèles phares qui furent créés sous le règne des trois derniers empereurs de la dynastie Qing : Kangxi, Yongzheng et Qianlong, dernier empereur de Chine avant que cette dynastie ne s’éteigne et soit remplacée par la République de Chine.

.
Bien que de valeur moindre qu’un vase impérial, cette pièce spectaculaire par sa taille et la richesse de son décor, est estimé entre 8 000 et 12 000 euros.

.

Lien vers l’annonce de cette vente aux enchères

 

Le vase de l’empereur Jiaqing

[Le lot du jour] Véritable trésor impérial, un vase balustre portant la marque de l’empereur Jiaqing sera vendu aux enchères par la maison de ventes Damien Libert le mardi 22 octobre 2014 à Paris.

.

L’empereur Jiaqing était le fils du célèbre empereur Quianlong, membre de la dynastie des Qing, qui régna sur la Chine de 1644 à 1911. C’est sous ce règne que les techniques et les décors de porcelaine se firent de plus en plus élaborés. La variété des différents styles de céramiques devient considérable. Celui du yangcai qu’arbore notre vase, qui signifie de « couleurs occidentales », est connu sous le nom de « famille rose ». Cette « famille rose » était réalisée à partir d’émail rose qui était un précipité d’or.

.

Le vase décoré de lotus sur fond bleu turquoise, paré de deux anses en forme de dragons stylisés, est estampillé de la marque à six caractères du cachet de l’empereur Jiaqing sur sa base.

.

Toute la finesse et le raffinement chinois aux enchères pour une estimation comprise entre 20 000 et 30 000 euros.

.

Lien vers l’annonce de la vente aux enchères

 

Adjugé ! Spécial Semaine de l’art asiatique

Événement international, la semaine de l’art asiatique vient de consacrer les commissaires-priseurs de toute la France. De Poitiers à Cheverny en passant par Saint-Etienne où le plus important coup de marteau de cet événement a été donné (1 750 000 euros pour un vase), les enchères se sont envolées et des prix records ont été enregistrés. Coup d’œil en images sur les plus beaux résultats (hors frais).

Lire la suite

Un vase impérial chinois sort du placard

[Le lot du jour] Les beaux objets se cachent parfois dans des lieux insoupçonnés. Ce vase chinois de l’époque Qianlong (1736-1795) dormait ainsi dans l’obscurité d’un placard. Il en sortira le jeudi 19 juin 2014 à l’occasion de sa mise aux enchères à l’Hôtel des ventes du Marais à Saint-Etienne.

Lire la suite

La céramique chinoise ou l’art du feu des enchères

Après le record de 26 millions d’euros obtenu en mars dernier à Hong Kong pour un bol de 12 centimètres de diamètre du XVe siècle, la céramique chinoise est à nouveau mise à l’honneur par le marché de l’art. Samedi 26 avril 2014 depuis Marseille et en direct sur le Live d’Interencheres, Maîtres Philippe Bonnaz et Renaud Mazzella mettront aux enchères un vase en porcelaine du XVIIIe siècle. La marque à six caractères en bleu sous la base indique qu’il a été confectionné au cours du règne de l’Empereur Kangxi (1662-1722). Certes, notre céramique s’avère plus tardive que la millionnaire « tasse poulet » (fabriquée sous l’ère de l’Empereur Chenghua (1465-1487), à l’époque où l’art Ming était à son sommet). Mais le vase mis aux enchères à Marseille présente néanmoins de nombreux et importants atouts qui devraient inciter les amateurs, et en premier lieu les Chinois, à enchérir au-delà des 20 000 euros d’estimation basse. Lire la suite

1,9 M d’euros pour les deux fragments du rouleau Kangxi

Mise à jour du 11 mars 2014 : Les deux fragments du rouleau de l’empereur Kangxi ont été adjugés à un même collectionneur chinois à 1,896 million d’euros (frais compris). Le premier, estimé 400 000-600 000 euros, est parti à 1,176 million d’euros ; le second, restauré, estimé 350 000-500 000 euros, a atteint 720 000 euros.
Lire la suite

Le musée Gantner disperse sa collection

La vente aux enchères de la totalité de la collection du musée Gantner aura lieu dimanche 19 janvier dans la maison de vente de Maître Jean-Pierre Osenat à Fontainebleau. Le peintre Gantner se sépare de sa très riche collection archéologique d’art asiatique, khmer et méditerranéen dont il s’inspira dans ses propres peintures, pour la plus grande joie des collectionneurs…   Lire la suite