Le lit impérial de Madame Mère aux enchères

[Le lot du jour] Entre 1804 et 1814, période du style Empire et règne de Napoléon Bonaparte, l’Empereur impose un style massif et imposant, reflet du pouvoir impérial et de son prestige. L’antique, présent depuis Louis XVI, est alors à son apogée, comme en témoigne le hiératisme de l’architecture et du mobilier Empire. Cette tendance se retrouve également dans les intérieurs bourgeois et dans la chambre à coucher où les lits étaient vus de côté et placés dans des alcôves habillées de mousselines et de soieries. Typique de ce style, Maître Jean-Emmanuel Prunier mettra en vente le dimanche 6 juillet 2014 à Louviers, un rare lit-bateau de 1812-1815 ayant appartenu à Maria-Letizia Ramolino (1750-1836), la mère de Napoléon Ier.

Lire la suite

Aux enchères ce week-end ! (7 et 8 juin 2014)

Un vide-poche Art déco, une poupée habillée à la mode parisienne, cinq chauffeuses du designer Pierre Paulin ou encore une bague serpent en or gris… Découvrez notre sélection d’objets en vente le week-end des 7 et 8 juin 2014.

Get the flash player here: http://www.adobe.com/flashplayer

Les alliances au placard à Uzès

[Lot du jour] Selon la coutume uzétienne, une armoire peinte est réalisée pour chaque mariage, symbole de l’heureux évènement de l’union maritale. Ce fut le cas pour Jacques Bouet et Madeleine Danger, officialisant le 23 novembre 1702, l’union entre deux familles : issue de la nouvelle bourgeoisie pour la première, ancrée dans la région d’Uzès depuis le XVIe siècle pour la seconde. Ce véritable joyau patrimonial sera mis en vente le samedi 5 octobre 2013 sous le marteau de Maîtres Pierre Champion et Françoise Kusel,  à l’hôtel des ventes de Nîmes et en direct sur Interencheres Live.

.

Figurant dans l’inventaire familial dressé le 11 avril 1737, l’histoire de ce meuble est aisément retracée. Léguée à Marguerite Bouet en 1736 par testament suite au décès de l’époux, l’armoire reste entre les mains de la famille pendant plus de trois cents ans, jusqu’en 1991, date de son acquisition par son propriétaire actuel.  Lire la suite

Quand Francis Jourdain revisite les codes de l’UAM

.
[Le lot du jour] Au cours d’un inventaire, au milieu des meubles du XVIIIe siècle et de la période Empire de cet intérieur résolument classique, Maître Philippe Casal remarque un ensemble de mobiliers détonants. Un secrétaire, une chaise et une lampe assortis, dont les formes et l’élégance évoquent les créations des plus grands designers de l’Art Déco. Les propriétaires des lieux ne savent rien de ces pièces, hormis le fait que leurs parents les avaient reçues en cadeau de mariage. Lire la suite

Un Charles de Gaulle bien commode

.
[Le lot du jour] Le profil de Charles de Gaulle se découpe dans le médaillon de droite. En face de lui se trouve une figure féminine. Non pas celle de « Tante Yvonne », l’épouse du Général, comme la surnommait les journalistes de l’époque, mais celle de l’autre femme de sa vie, Marianne, incarnation de la République. Entre eux s’élance une imposante croix de Lorraine.

.

Cette commode, imposant meuble en bois teinté acajou sur laquelle figure nos deux héros, s’avère être l’exacte copie de celle trônant dans le bureau londonien du dirigeant des Forces françaises libres. Par ailleurs, la structure des montants aux faisceaux et les deux médaillons représentant des personnages historiques sont directement inspirés de ceux de la commode créée par l’ébéniste Guillaume Beneman pour Louis XVI qui est conservée au château de Fontainebleau.

.

Elle sera mise aux enchères le dimanche 23 juin 2013 à Mâcon et sur Interencheres-live par Maître Jérôme Duvillard  pour estimation de 4 000 à 6 000 euros.

Lien vers l’annonce de vente

Un bureau estampillé Migeon

Le 21 novembre prochain, cet exceptionnel bureau de pente d’époque Louis XV, attribué à Germain Landrin et estampillé Migeon, sera mis en vente à l’hôtel Drouot Richelieu par la maison de ventes Néret-Minet & Tessier. L’expert Hubert-Pierre Guillais nous présente ce meuble :

[flv:/videos/081104_bureaubandeville.flv 448 336]

.

Exceptionnel bureau de pente à double galbe marqueté toutes faces de rose et satiné dans des rinceaux d’amarante à décor de cube.
Il ouvre à deux abattants découvrant un plateau central et et cinq tiroirs en façade en marqueterie de cubes plaquées, le caisson de droite à trois tiroirs simulés, les abattants découvrants un plateau central et six tiroirs galbés dont trois simulés sur la partie gauche masquant un coffre, cinq tiroirs en façade et trois tiroirs latéraux.
Attribué à Germain LANDRIN reçu maître en 1738, estampillé MIGEON. Epoque Louis XV. H. 104 cm. L. 157 cm. P. 61 cm.
Provenance : Ancienne collection Comte Jacques de Vienne
Bibliographie : P. Kjelberg, Le mobilier Français du XVIIIème, les Ed. de l’amateur 2002, p 517
Exposition : Grands ébenistes et menuisiers Parisiens du XVIIIème siècle (1740-1790), Musée des Arts Décoratifs Paris 1955 n° 205 Bis.
Estimation : 300 000/400 000€.