Dans l’objectif de Jean-Pierre Leloir

banniere

[Vente à venir] Janis Joplin, Otis Redding, Ella Fitzgerald, Stevie Wonder ou encore Serge Gainsbourg, les plus grands artistes de la seconde moitié du XXe siècle ont été immortalisés par le photographe français Jean-Pierre Leloir (1931-2010). Près de 150 de ses clichés seront mis en ventes mercredi 6 avril 2016 par Maîtres Ghislaine Kapandji et Elie Morhange à Paris.

Lire la suite

Louis XV en majesté

190827_12359db3301f92ff2cc5efb3f04b5c3d[Lot du jour] Surnommé le Bien-aimé, Louis XV n’a peut-être pas la popularité de son arrière-grand-père, Louis XIV, mais il possède sans aucun doute autant de prestance. La preuve en image avec cet imposant Portrait de Louis XV en habit militaire signé Carle van Loo (1705-1765), proposé aux enchères samedi 12 mars 2016 par Maître Antoine Briscadieu à Bordeaux.

Lire la suite

Portraits de la réussite nantaise du XVIIIe siècle

[Lot du jour] Malgré son orthographe peut-être un peu complexe, aucun nantais n’aura de mal à prononcer le terme de « Deurbroucq ». Et pour cause, l’un des plus beaux monuments de leur ville porte ce nom. Mardi 2 décembre 2014, les habitants de Nantes redécouvriront une partie de leur paysage urbain à travers le double portrait des époux Deurbroucq, qui avaient commandité l’édification en 1764 du bel hôtel particulier éponyme. Situé sur l’ancien quai de l’Ile-Gloriette, il est le symbole de la prospérité de ce couple originaire de Gand qui fit fortune dans le commerce maritime. Leur double portrait est aujourd’hui mis en aux enchères par la maison Couton Veyrac & Jamault depuis Nantes, et sur le Live d’Interencheres, pour une estimation oscillant entre 30 000 et 40 000 euros. Lire la suite

Le mystère de l’homme au nez cassé

[Le lot du jour] Un vieil homme au nez cassé en manteau bleu se dessinant sur un fond jaune : l’identité de l’individu représenté sur ce portrait a fait l’objet d’une enquête minutieuse. Lorsque le tableau est apporté par un particulier à l’étude, pour une estimation, les seules informations présentent sont la signature et la date.

.
Réalisée en 1917, cette huile sur toile
s’avère être une production de la fin de la carrière de l’artiste peintre Maxime Maufra (1861 – 1918), originaire de Nantes et spécialisé dans les paysages maritimes de Bretagne. L’expert Philippe Jamault s’est basé sur le dernier lieu de résidence du peintre pour mener ses recherches. « Nous savons qu’il s’installe en 1903 à Kerhostin sur la presqu’île de Quiberon. Dans ces lieux, l’artiste termine sa vie isolé du monde avec pour seul contact un autre artiste peintre venu le rejoindre, Léon Duval-Gozlan. Les recherches tendent à prouver qu’il s’agit du portrait de son ami artiste, réalisé un an avant la mort de Maxime Maufra », explique Philippe Jamault. Lire la suite