A LA UNE : des bronzes d’Astruc, une Vénus de Rodin, une encre de Gao Xingjian…

Fini les vacances, le temps est venu de reprendre la route des enchères ! Au programme, les masques d’Astruc du jardin du Luxembourg, un bronze de Rodin, un fusain de Cézanne, une encre de Gao Xingjian, une toile d’Hubert Robert, des fauteuils Ruhlmann, une broche sertie d’un saphir de Ceylan, un oiseau de Lalanne… Découvrez notre sélection en images d’objets annoncés dans les ventes aux enchères du 6 au 12 novembre 2017.
Lire la suite

L’étreinte passionnée et éternelle de Rodin

143635_10431e69de282010fcbdf8a00b39f308

[Lot du jour] Une étreinte sensuelle et éternelle, voilà l’image qu’offre aux visiteurs Le Baiser d’Auguste Rodin lorsque le sculpteur expose son œuvre au Salon de Bruxelles en 1887. L’enthousiasme sera tel que l’Etat français commandera une version en marbre de l’œuvre pour l’Exposition universelle de 1889, version que Rodin mettra près de dix ans à livrer. Le samedi 31 octobre 2015 à Marseille et sur le Live d’Interencheres, Maître Renaud Mazzella proposera aux enchères une épreuve en bronze à patine brune noire de ce baiser intemporel.
.
.
C’est au cours de la création de La porte de l’Enfer qu’Auguste Rodin (1840-1917) imagine ce groupe représentant les amants Paolo et Francesca, personnages de la Divine Comédie de Dante et condamnés à errer dans les Enfers après avoir été assassinés par le mari de Francesca. Mais le sculpteur réalise rapidement que cette étreinte passionnée contraste avec le thème chaotique de ce grand projet. Il décide alors d’en faire une œuvre autonome qui rencontra un succès immédiat. La composition de la sculpture empêche de distinguer clairement l’identité des protagonistes, c’est pourquoi l’œuvre sera baptisée Le Baiser, un titre abstrait et universel.
.
.
« Notre épreuve, datée de 1909, a été éditée par la maison Barbedienne avec qui Rodin signa un contrat d’édition Lire la suite

Rodin, les enfants et la mystérieuse madame Martin

[Le lot du jour] L’enfance est un thème relativement rare dans l’œuvre d’Auguste Rodin (1840-1917). Le sculpteur commence à s’intéresser à cette thématique après un voyage en Belgique dans les années 1880. Sa participation à la création du décor de la Bourse bruxelloise, en collaboration avec le sculpteur Albert-Ernest Carrier-Belleuse (1824-1887), lui aura sans doute donné le goût pour ce sujet, puisque la frise est ornée de Putti et autres nourrissons joufflus et dodus.
.
De retour en France, Rodin réalise plusieurs sculptures d’enfants. Celles-ci connurent un tel succès que la plupart ont ensuite été réalisées en marbre. Les petits sont généralement représentés en train de jouer ou de s’enlacer, comme sur ce modèle proposé aux enchères vendredi  6 juin 2014 à Paris par la maison Chayette & Cheval. « Ce bronze de35,5 centimètres de haut à patine brune nuancée présente la signature d’Auguste Rodin et celle du fondeur Alexis Rudier, ce qui prouve qu’il a été fondu du vivant de l’artiste », précise Charlotte Van Gaver, commissaire-priseur.
.
Le bronze sera proposé à la vente avec deux lettres manuscrites. Un mot de Léonce Bénédite, premier conservateur du musée Rodin et exécuteur testamentaire du sculpteur certifiant la paternité de ces enfants. Et une lettre de Rodin lui-même, datée de 1916, dans laquelle il précise avoir remis ce groupe « à madame Martin, ma secrétaire ». « Madame Martin s’appelait en réalité Marcelle Tirel. Ses proches l’appelaient ainsi en raison de sa relation avec l’artiste Maurice Martin, qui n’a jamais voulu l’épouser », raconte Maître Van Gaver. Marcelle fit la connaissance de Rodin en 1906, chez la Duchesse de Choiseul, maîtresse et muse de l’artiste. Madame Martin devint alors la confidente et la secrétaire du sculpteur jusqu’à sa mort en 1917.
.
Notre groupe d’enfants est toujours resté dans la famille de madame Martin. Présenté pour la première fois sur le marché, il est estimé de 40 000 à 60 000 euros. Une estimation raisonnable pour une œuvre de cette qualité, dont il n’existe que deux réalisations en bronze. La deuxième sculpture étant conservée à l’Art Institute de Chicago.

.

Lien vers l’annonce de vente du lot

.

Pour voir la sculpture en trois dimensions, cliquez sur ce lien