Coups de cœur de commissaires-priseurs

2016-04-28-coups-de-coeur

Dans le dressing d’une élégante, dans le grand parc d’un château peuplé d’animaux de bois, de résine, de métal et de bronze, dans les tranchées avec les Poilus et au cœur de la créativité d’un peintre baroque, ce week-end (30 avril et 1er mai 2016) les enchères voyagent à travers les lieux et les époques.

Lire la suite

L’étreinte passionnée et éternelle de Rodin

143635_10431e69de282010fcbdf8a00b39f308

[Lot du jour] Une étreinte sensuelle et éternelle, voilà l’image qu’offre aux visiteurs Le Baiser d’Auguste Rodin lorsque le sculpteur expose son œuvre au Salon de Bruxelles en 1887. L’enthousiasme sera tel que l’Etat français commandera une version en marbre de l’œuvre pour l’Exposition universelle de 1889, version que Rodin mettra près de dix ans à livrer. Le samedi 31 octobre 2015 à Marseille et sur le Live d’Interencheres, Maître Renaud Mazzella proposera aux enchères une épreuve en bronze à patine brune noire de ce baiser intemporel.
.
.
C’est au cours de la création de La porte de l’Enfer qu’Auguste Rodin (1840-1917) imagine ce groupe représentant les amants Paolo et Francesca, personnages de la Divine Comédie de Dante et condamnés à errer dans les Enfers après avoir été assassinés par le mari de Francesca. Mais le sculpteur réalise rapidement que cette étreinte passionnée contraste avec le thème chaotique de ce grand projet. Il décide alors d’en faire une œuvre autonome qui rencontra un succès immédiat. La composition de la sculpture empêche de distinguer clairement l’identité des protagonistes, c’est pourquoi l’œuvre sera baptisée Le Baiser, un titre abstrait et universel.
.
.
« Notre épreuve, datée de 1909, a été éditée par la maison Barbedienne avec qui Rodin signa un contrat d’édition Lire la suite

Passer l’hiver avec saint Coqueluchon

[Lot du jour] Avis à tous les hypocondriaques de cet hiver persistant : cette exceptionnelle statue en terre cuite de saint Étienne est réputée pour sa guérison des maux de gorge. Elle sera mise aux enchères par Me Xavier de la Perraudière à Angers le mercredi 25 février 2015 et sur le live d’Interencheres.
.

Cette sculpture du XVIIe siècle en terre blonde provient de l’abbaye de Cizay-la-Madeleine, un édifice en main privée près de Saumur dont elle ornait le retable. Bien qu’appartenant à un particulier, elle a été classée monument historique.
.

Elle a été réalisée vers 1650 par le sculpteur Pierre Biardeau (1608-1671), un artiste appartenant à un courant de sculpture de la région du Mans, appelé « École du Maine ». Les trois plus grandes dynasties de sculpteurs de ce mouvement – la Famille Delabarre, Hoyau et Biardeau – ont marqué de leur emprunte artistique les nombreux retables de la région. Authentifié grâce aux archives de l’abbaye, notre saint Étienne se fait ainsi l’écho des caractéristiques de ce mouvement de la contre-réforme : une stature démonstrative de style baroque, à taille humaine (1,55m pour notre œuvre), et vêtue d’un lourd vêtement.
.

Le drapé imposant de cette statue a d’ailleurs prêté à confusion lors de l’identification du personnage. « Nous hésitions entre saint Étienne, fondateur de l’Ordre de Grandmont qui avait fait construire l’abbaye, et saint Étienne, premier martyr de la chrétienté, confie Maître de la Perraudière. Mais ses mains jointes et l’expression d’extase de son visage tourné vers le ciel ont confirmé l’identité du martyr Lire la suite