logo Maître Jean-Pierre OSENAT et Osenat Fontainebleau

Maître Jean-Pierre OSENAT et Osenat Fontainebleau
Tél. : 01 64 22 27 62
Fax : 01 64 22 38 94
contact@osenat.com

 
Annuler et revenir à la vente
  • Pour accélérer la saisie de coordonnées, connectez-vous à votre compte.
  • Mot de passe oublié?

* champs obligatoires

Votre demande

ALPINE 1600S (1600VB) GROUPE 4 compétition client numéro de série n°121

ALPINE 1600S (1600VB) GROUPE 4 compétition client numéro de série 16693 L’Alpine A110 de type 1600 VB (appellation commerciale : 1600S) portant le numéro de série 16693 et le numéro de carrosserie 2651 a été fabriquée à l’usine Alpine de Dieppe en janvier 1970, seulement dix-neuf 1600VB sortant des chaînes ce mois hivernal, et deux 1600VA. Cependant, cette petite production mensuelle était compensée par la qualité des acheteurs : des noms de pilotes privés bien connus comme Hoepfner, Roussely, Agostini, Jacquemin et Barbara font partie des clients des 19 berlinettes ! Mais aussi un illustre inconnu, acquéreur d’une 1600S qui 14 ans après devait devenir la première berlinette de l’auteur de ces lignes… Trêve de nostalgie, 16693 a été commandée par le pilote gardois Jean Saurel comme une compétition client Groupe 4 (le groupe 3 correspondant à des Grand Tourisme de série, le groupe 4 aux Grand Tourisme améliorée, le haut du panier des voitures de rallye de l’époque), Selon les maigres archives de la marque, cette groupe 4 avait un moteur type 807-25 préparé Dudot, une grosse boite renforcée type 364 et un échappement piste. Mais les options « groupe 4 » induisaient aussi l’installation d’un arceau, de baquets, d’un pare brise chauffant, d’un coupe circuit, longues portées supplémentaires, blindage avant et ski de protection, support de lève rapide, ailes élargies à l’arrière, feu de recul etc... Jean Saurel, qui s’est déjà distingué au volant d’une 1300S par ses résultats (1er au Tour de Corse 1969 en National), immatricule l’auto le 24 mars 1970 sous le numéro 300 PN 30. Il est d’ailleurs allé la chercher directement à Dieppe, et c’est Jacques Cheinisse qui lui avait remis les clefs ! Jean Saurel s’engage alors dans quelques courses de côtes mais surtout en rallye, en critérium « National » des rallyes, qu’il faut distinguer du championnat « Inter » des rallyes. Cela ne signifiait pas que les pilotes ne s’engageaient que sur le sol français, la différence était que les pilotes très connus ayant eu des résultats importants ne pouvaient s’inscrire qu’en Inter, le National étant réservé aux pilotes se faisant un nom… mais cette catégorie allait être une pépinière de champions ! Saurel signera en 1970 plusieurs podiums, avec notamment la 1ere place « national » au Rallye de Lozère, au Mont Blanc et au célèbre Critérium des Cévennes pourtant très disputé. Plusieurs seconde et troisième places seront à son palmarès cette année 70, avec seulement 3 abandons. Saurel réussira en outre une belle performance au Tour de France Auto en septembre, ou il sera 6eme au scratch du Grand National. En 1971 il aura moins de réussite avec 5 abandons et une 4eme place au Vercors Vivarais. Il s’engagera même à la dernière édition de la Coupe des Alpes mais ne pourra la terminer. Jean Saurel se sépare ensuite de cette berlinette, dont il perd la trace. En 1986 elle réapparaît dans les Bouches du Rhône, M. Jean Liotier de Tarascon l’achète et l’immatricule 4547 MG 13. Il la cède au milieu des années 90 au bien connu Jean Claude Delachanal, l’instigateur du Tour de Corse Alpine qui avait réussi a regrouper plus de 200 voitures de Dieppe sur les routes insulaires chaque année ! Ce corse d’adoption immatricule 16693 sous le numéro 2078 FT 2A en 1996, après l’avoir restaurée entièrement avec une caisse neuve, ceux d’origine étant en piteux état. Elle est alors équipée d’ailes bulles, jantes gotti larges, bouche de radiateur « haute », arceau 4 points d’époque, baquets Mod Plastia, réservoir central grosse capacité, mais a perdu sa grosse boite 364 pour une 353 dite « petite boite ». Jean Saurel qui a la nostalgie de sa voiture découvre ou elle se trouve et la rachète alors à la famille Delachanal fin 2003! il s’agit d’un des rares cas de berlinette reprise par son premier propriétaire… Saurel s’adresse alors à Jean RATIER, préparateur bien connu dans le Gard de R5 alpine, R5 Turbo et autres R17 Gordini. Ratier avait d’ailleurs des liens privilégiés avec Renault Sport et montait en sous traitance, des autos pour les pays de l’Est (R5 alpine groupe 2, R5 Turbo Cévennes). Saurel avait lui-même couru en R5 sous l’insistance de Ratier au Rallye des Sables d’Or et au Tour de la Méditerranée. Ce préparateur réputé fera un excellent moteur 1596cc à Saurel pour sa nouvelle acquisition qui a retrouvé une immatriculation gardoise (7999 YK 30), mécanique qui se trouve encore dans 16693 et dont le pilote ne tarissait pas d’éloge. Il l’engagera aux Cévennes Classic 2008, à la montée Historique de Collias 2010 et au rallye Orange Ventoux 2011. Cette année-là, Jean Saurel rejoindra Jean Ratier au paradis des amoureux de la mécanique, ce dernier étant décédé en 2009. 16815 sera remise en route et révisée en 2015, avant d’être vendue à Rétromobile 2016. il s’agit d’une vraie groupe 4 client, au palmarès éloquent, qui est la monte idéale pour les rallyes de régularité et les courses de côtes historiques. Gilles Vallerian

  • Estimation 120 000 - 150 000 €