Imprimer cette page

Vente LiveArmes & militaria
Samedi 24 février à 10h00 à Marseille

Lieu de vente HOTEL DES VENTES MEDITERRANEE Mes Ph. BONNAZ et R. MAZZELLA
11, rue de Lorgues
13008 Marseille

Retrouvez l'itinéraire sur Google Maps Expositions :
  • vendredi 23 février de 14h30 à 18h00 : A l'étude

HOTEL des VENTES MEDITERRANEE Mes Ph. BONNAZ et R. MAZZELLA

logo BONNAZ & LECOMTE et HOTEL des VENTES MEDITERRANEE Mes Ph. BONNAZ et R. MAZZELLA

Contact :
Tél. : 04 91 32 39 00
Fax : 04 91 79 21 61
contact@hdvm.fr

 
Détails des frais et conditions (22,000 % volontaire TTC)

Détails des frais et conditions

Fermer
 

Frais de vente

  • 22,000 % TTC en volontaire

Conditions de vente

Télécharger les conditions de vente

Mentions légales

HOTEL des VENTES MEDITERRANEE Mes Ph. BONNAZ et R. MAZZELLA

Opérateur de ventes volontaires (OVV)
Date déclaration ou N° agrément : 2002-170
TVA intra : FR09442479952

Liste de vente Ajouter à ma sélection
 
Vente Live
n°9 France, réduction d'une croix de chevalier de la Légion d'Honneur Estimation :
150€ - 200€
France, réduction d'une croix de chevalier de la Légion d'Honneur

n°9 : France, réduction d'une croix de chevalier de la Légion d'Honneur

Fermer
 
 
 
 
n°44 Modèle réduit au 1/25ème de l’avion militaire allemand FOCKE-WULF Estimation :
2 000€ - 3 000€
Modèle réduit au 1/25ème de l’avion militaire allemand FOCKE-WULF

n°44 : Modèle réduit au 1/25ème de l’avion militaire allemand FOCKE-WULF

Fermer
 
 
 

Modèle réduit au 1/25ème de l’avion militaire allemand FOCKE-WULF Condor FW 200 C-4/U1, numéro de série 0137, portant le code CE+IB. Maquette de l’avion personnel d’Adolf HITLER utilisé pour ses déplacements entre 1942 et 1944. La structure de l’appareil est en bois, recouvert de zinc pour le fuselage et les ailes. L’ensemble est peint couleur camouflage tel que l’était le modèle original au moment de sa mise en service (utilisé sur le front de l’est en 1944, il sera ensuite peint en blanc). L’engin est orné des croix et marquages réglementaires collés sur la carlingue : code CE+IB de part et d’autre du fuselage et repris sous les ailes, croix sur chaque aile et une svastika de part et d’autre de la dérive. La partie transparente du poste de pilotage, les deux tourelles dorsales et les hublots sont constitués d’une sorte de matière plastique. L’intérieur de la cabine, avec ses tables et ses fauteuils, ainsi que le cockpit ont été reproduits avec le même soin que l’aspect l’extérieur. L’ensemble de la carlingue est parcouru par un réseau de fils électriques reliant les quatre moteurs aux différentes parties mobiles de l’avion (train d’atterrissage, gouvernes, volets et ailerons). Le système électrique n’est pas fonctionnel en l’état et il est à noter que le dessous du fuselage a été en partie découpé postérieurement pour créer une ouverture permettant d’accéder aux fils et tenter une réparation. Plusieurs manques et accidents sont à signaler : le nez est désolidarisé de la carlingue, la peinture présente plusieurs manques importants, deux hublots sont manquants, l’aileron gauche est cassé, la gouverne de profondeur droite est manquante et il manque un élément entre le nez et le poste de pilotage. Longueur : 94 cm. Envergure : 131 cm. Hauteur : 17 cm. Provenance : Ancienne collection privée d’Adolf HITLER La maquette a été directement récupérée dans la résidence secondaire d’Adolf HITLER, le Berghof (située sur la montagne de l’Obersalzberg dans les Alpes bavaroises, tout proche de la commune de Berchtesgaden) par le Capitaine Henri P., Adjoint du 501ème Régiment de Chars de Combat et Commandant d’un détachement de la 2ème Division Blindée du Général LECLERC, lors de l’assaut mené surplace dans la nuit du 4 au 5 mai 1945. Le Capitaine Henri P. précise dans une note manuscrite que son char, le Marignan II, fut « le premier char français au repère d’HITLER ». Cette maquette a ensuite été ramenée en France par le Capitaine Henri P. qui l’a toujours conservée, puis transmise directement à sa fille par succession. Une copie du livret de matricule du Capitaine Henri P. mentionnant sa présence à Berchtesgaden le 4 et le 5 mai 1945 pourra être remise à l’acquéreur. L’avion FW200 Condor a d’abord été conçu par le groupe FOCKE-WULF pour le transport de passagers mais il fut converti en avion de patrouille maritime (Seeaufklärer) dès 1939. Le FW200, alors converti en bombardier, a été d’une grande efficacité dans les premières années de guerre et Winston CHURCHILL l’avait surnommé le « fléau de l’Atlantique » (the scourge of the Atlantic). En tant que Chancelier de l’Allemagne, Adolf HITLER avait à sa disposition un avion Junkers Ju 52/3m depuis 1933. Sur les recommandations de son pilote personnel, le SS-Gruppenfürher Johann Peter « Hans » BAUR, HITLER décida de remplacer cet ancien modèle par le FW200 V3, surnommé Immelmann III. Livré le 19 octobre 1939, l’avion fut détruit dans un bombardement le 18 juillet 1944. Les autres dignitaires du régime avaient eux aussi leur avion personnel et cette flotte constituait la Fliegerstaffel des Führers (F.d.F.). Tous les différents modèles étaient identifiés par un numéro de série (Werk Nümmer) et un code alphabétique (Stammkennzeichen) uniques. Le FW200, un des fleurons de l’armée de l’air allemande (Luftwaffe), ne cessa d’être amélioré au fil des années. La série des FW200 C-4 entra en production en 1942. Le FW200 C-4/U1, destiné à la F.d.F., ne fut produit qu’à trois exemplaires : le premier pour Adolf HITLER (numéro de série 0137 et code CE+IB), le deuxième pour Heinrich HIMMLER (numéro de série 0176 et code GC+AE) et un troisième dont l’affectation est incertaine (numéro de série 0240 et code TK+CV). Le modèle destiné à Adolf HITLER avait la particularité d’être équipé en cabine d’un fauteuil blindé et équipé d’un parachute. HITLER utilisa l’engin à de nombreuses reprises avant que celui-ci ne soit détruit par l’armée soviétique le 24 août 1944 à Petrika, sur le front russe. La présente maquette récupérée au Berghof reproduit fidèlement le FW 200 C-4/U1 personnel d’Adolf HITLER (carlingue, cabine, peinture, marquages, etc.). Il est parfaitement vraisemblable que cette maquette ait été offerte au propriétaire de l’avion peu de temps avant sa mise en service au cours de l’année 1942. Ce genre de cadeau devait être coutumier et la presse de l’époque relate d’ailleurs à ce sujet (avec une photo d’Heinrich HOFFMANN à l’appui) que lors des cérémonies organisées à Berlin le 20 avril 1939 pour les cinquante ans d’Adolf HITLER, son pilote personnel Johann Peter « Hans » BAUR lui offrit une maquette du FW200 V3 en attendant la livraison du modèle réel quelques mois plus tard.

Militaria - Armes - Souvenirs historiques Par : HOTEL des VENTES MEDITERRANEE Mes Ph. BONNAZ et R. MAZZELLA
Samedi 24 février à 10h00 à Marseille : Armes & Militaria
 
n°58 Lot de douze insignes d'Indochine dont un insigne de la 129e compagnie Estimation :
80€ - 100€
Lot de douze insignes d'Indochine dont un insigne de la 129e compagnie

n°58 : Lot de douze insignes d'Indochine dont un insigne de la 129e compagnie

Fermer
 
 
 
n°94 Rare épée d'officier supérieur des services de fabrication d'armement Estimation :
300€ - 400€
Rare épée d'officier supérieur des services de fabrication d'armement

n°94 : Rare épée d'officier supérieur des services de fabrication d'armement

Fermer
 
 
 
 
 
Une sélection par HOTEL des VENTES MEDITERRANEE Mes Ph. BONNAZ et R. MAZZELLA
 

Militaria - Armes - Souvenirs historiques : Armes et militaria

96 lots illustrés

Vue liste Vue galerie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Modèle réduit au 1/25ème de l’avion militaire allemand FOCKE-WULF n°44
Modèle réduit au 1/25ème de l’avion militaire allemand FOCKE-WULF
Modèle réduit au 1/25ème de l’avion militaire allemand FOCKE-WULF
Modèle réduit au 1/25ème de l’avion militaire allemand FOCKE-WULF

Modèle réduit au 1/25ème de l’avion militaire allemand FOCKE-WULF Condor FW 200 C-4/U1, numéro de série 0137, portant le code CE+IB. Maquette de l’avion personnel d’Adolf HITLER utilisé pour ses déplacements entre 1942 et 1944. La structure de l’appareil est en bois, recouvert de zinc pour le fuselage et les ailes. L’ensemble est peint couleur camouflage tel que l’était le modèle original au moment de sa mise en service (utilisé sur le front de l’est en 1944, il sera ensuite peint en blanc). L’engin est orné des croix et marquages réglementaires collés sur la carlingue : code CE+IB de part et d’autre du fuselage et repris sous les ailes, croix sur chaque aile et une svastika de part et d’autre de la dérive. La partie transparente du poste de pilotage, les deux tourelles dorsales et les hublots sont constitués d’une sorte de matière plastique. L’intérieur de la cabine, avec ses tables et ses fauteuils, ainsi que le cockpit ont été reproduits avec le même soin que l’aspect l’extérieur. L’ensemble de la carlingue est parcouru par un réseau de fils électriques reliant les quatre moteurs aux différentes parties mobiles de l’avion (train d’atterrissage, gouvernes, volets et ailerons). Le système électrique n’est pas fonctionnel en l’état et il est à noter que le dessous du fuselage a été en partie découpé postérieurement pour créer une ouverture permettant d’accéder aux fils et tenter une réparation. Plusieurs manques et accidents sont à signaler : le nez est désolidarisé de la carlingue, la peinture présente plusieurs manques importants, deux hublots sont manquants, l’aileron gauche est cassé, la gouverne de profondeur droite est manquante et il manque un élément entre le nez et le poste de pilotage. Longueur : 94 cm. Envergure : 131 cm. Hauteur : 17 cm. Provenance : Ancienne collection privée d’Adolf HITLER La maquette a été directement récupérée dans la résidence secondaire d’Adolf HITLER, le Berghof (située sur la montagne de l’Obersalzberg dans les Alpes bavaroises, tout proche de la commune de Berchtesgaden) par le Capitaine Henri P., Adjoint du 501ème Régiment de Chars de Combat et Commandant d’un détachement de la 2ème Division Blindée du Général LECLERC, lors de l’assaut mené surplace dans la nuit du 4 au 5 mai 1945. Le Capitaine Henri P. précise dans une note manuscrite que son char, le Marignan II, fut « le premier char français au repère d’HITLER ». Cette maquette a ensuite été ramenée en France par le Capitaine Henri P. qui l’a toujours conservée, puis transmise directement à sa fille par succession. Une copie du livret de matricule du Capitaine Henri P. mentionnant sa présence à Berchtesgaden le 4 et le 5 mai 1945 pourra être remise à l’acquéreur. L’avion FW200 Condor a d’abord été conçu par le groupe FOCKE-WULF pour le transport de passagers mais il fut converti en avion de patrouille maritime (Seeaufklärer) dès 1939. Le FW200, alors converti en bombardier, a été d’une grande efficacité dans les premières années de guerre et Winston CHURCHILL l’avait surnommé le « fléau de l’Atlantique » (the scourge of the Atlantic). En tant que Chancelier de l’Allemagne, Adolf HITLER avait à sa disposition un avion Junkers Ju 52/3m depuis 1933. Sur les recommandations de son pilote personnel, le SS-Gruppenfürher Johann Peter « Hans » BAUR, HITLER décida de remplacer cet ancien modèle par le FW200 V3, surnommé Immelmann III. Livré le 19 octobre 1939, l’avion fut détruit dans un bombardement le 18 juillet 1944. Les autres dignitaires du régime avaient eux aussi leur avion personnel et cette flotte constituait la Fliegerstaffel des Führers (F.d.F.). Tous les différents modèles étaient identifiés par un numéro de série (Werk Nümmer) et un code alphabétique (Stammkennzeichen) uniques. Le FW200, un des fleurons de l’armée de l’air allemande (Luftwaffe), ne cessa d’être amélioré au fil des années. La série des FW200 C-4 entra en production en 1942. Le FW200 C-4/U1, destiné à la F.d.F., ne fut produit qu’à trois exemplaires : le premier pour Adolf HITLER (numéro de série 0137 et code CE+IB), le deuxième pour Heinrich HIMMLER (numéro de série 0176 et code GC+AE) et un troisième dont l’affectation est incertaine (numéro de série 0240 et code TK+CV). Le modèle destiné à Adolf HITLER avait la particularité d’être équipé en cabine d’un fauteuil blindé et équipé d’un parachute. HITLER utilisa l’engin à de nombreuses reprises avant que celui-ci ne soit détruit par l’armée soviétique le 24 août 1944 à Petrika, sur le front russe. La présente maquette récupérée au Berghof reproduit fidèlement le FW 200 C-4/U1 personnel d’Adolf HITLER (carlingue, cabine, peinture, marquages, etc.). Il est parfaitement vraisemblable que cette maquette ait été offerte au propriétaire de l’avion peu de temps avant sa mise en service au cours de l’année 1942. Ce genre de cadeau devait être coutumier et la presse de l’époque relate d’ailleurs à ce sujet (avec une photo d’Heinrich HOFFMANN à l’appui) que lors des cérémonies organisées à Berlin le 20 avril 1939 pour les cinquante ans d’Adolf HITLER, son pilote personnel Johann Peter « Hans » BAUR lui offrit une maquette du FW200 V3 en attendant la livraison du modèle réel quelques mois plus tard.

Militaria - Armes - Souvenirs historiques