Notre sélection de lots-phares : Meubles et objets d'art

Vue liste Vue galerie

Lots-phares cette semaine. A voir aussi, les lots-phares des semaines suivantes

 
 
Ordre du Saint Esprit, institué en 1578.  Superbe écrin du collier n°114
Ordre du Saint Esprit, institué en 1578.  Superbe écrin du collier

Ordre du Saint Esprit, institué en 1578. Superbe écrin du collier de l’Ordre ayant appartenu au Maréchal Reille. En bois recouvert de maroquin rouge richement décoré au petit fer à l’or : - sur le couvercle, au centre, il est frappé des « Grandes Armes de France » ceintes des colliers de Saint Michel et du Saint Esprit, entourés de quatre monogrammes du roi Charles X sous couronne royale, disposés en carré. L’ensemble surmonte l’inscription « ORDRE DU ST ESPRIT ». En bordure, décor de frises de clochettes, fleur de lys, feuilles de laurier, cornes d’abondance et feuilles d’acanthe, enrichi de motifs végétaux stylisés. - sur les pans, de frises de fleurs de lys et de laurier. Il ferme par trois fermoirs en laiton découpé Le couvercle, gainé de soie ivoire, est retenu par deux rubans de soie (cassés), Coffret garni de velours ivoire, avec forme pour disposer le collier en colimaçon ainsi que le bijou. Recouvert sur le dessous de maroquin vert avec deux étiquettes anciennes postérieures dont une d’exposition marquée « Collier du St Esprit du Mal Reille. A André Reille. » Bien que l’étiquette du fabricant soit absente, cet écrin est au modèle de ceux de l’orfèvre Jean Charles Cahier, successeur de Biennais. Dimensions : 30 x 48 cm. A.B.E. (Usures, coups et manques au maroquin). Époque Restauration. Cet écrin et le collier qu’il contenait faisait partie de la dernière commande de trente colliers faite à l’orfèvre Jean- Charles Cahier. Jean Charles Cahier (1772- 1849) Grand orfèvre parisien de la première moitié du 19e siècle. En 1816, est orfèvre du roi, de Monsieur, du Garde- Meuble et de l’Intendance des Fêtes. Il rachètera le fond du célèbre Biennais

Militaria - Armes - Souvenirs historiques Par : Osenat Fontainebleau
Samedi 24 février à 14h30 à Fontainebleau : Médailles, Monnaies & Décorations
 
[JARDINS - VUES D'OPTIQUE]. - "Collection de 50 vues d'optique du n°114

[JARDINS - VUES D'OPTIQUE]. - "Collection de 50 vues d'optique du XVIIIè siècle".- Format in-folio oblong. Belle et importante collection composée de 50 vues d'optique du XVIIIè . Toutes les gravures sont en couleurs de l'époque et en très bon état de conservation. Certaines sont à toute marge d'autres parfois rognées mais sans jamais atteindre la gravure. La collection se compose ainsi : France : - La perspective du jardin des marchands à l'une des portes de PARIS. 36ème vue d'optique nouvelle. - Le Palais du LUXEMBOURG du côté du jardin à PARIS. - Maison de plaisance à GENTILLY près de PARIS. - Les cascades de SCEAUX. - Vue du château de SCEAUX du haut de l'allée de Diane. - Vue des eaux de BRUNOY (Gravelot). - Vue perspective de la grotte des peintres de Flandres (à Fontainebleau). - Vue de Fontainebleau du côté du parterre. - Vue des cascades de St Cloud. - Vue des cascades de St Cloud (sans légende). - Vue perspective de cascades de St Cloud. - Fontaine du cabinet de Diane dans les jardins de Versailles. - Vue du château des jardins de Fontainebleau prise en face du grand canal. Grande Bretagne : - Le Jardin de VAUXHALL - Vue et perspective du Jardin du Roi d'Angleterre aux environs de LONDRES - Le Parc de Milord Hamilton traversé par la Tamise aux environs de LONDRES. - Vue du canal du bâtiment chinois de la Rotunda et des Jardin du RANELAGH - Vue du Palais HAMPTON COURT situé sur la rive gauche de la Tamise au sud-ouest de LONDRES. - Vue du Palais Royal de HAMPTON COURT à 15 miles de LONDRES. Italie : - Vue du jardin du Cardinal Carrero en Italie. - Le second bassin du labyrinthe. - Allée du côté gauche du jardin de plaisance. - Vue perspective de la superbe cascade, gauche du jardin de Duc de Parme. - La maison de plaisance de Ludivici avec une partie dans la ville de Rome. - Vue du jardin royal de Porticy aux environs de Naples. - Vue d'une maison de plaisance du prince de Corsini au nord de Florence; pris du côté du jeu de Boulle. - Vue de la maison du belvédère dans le Vatican près de Rome. Espagne : - Vue perspective d'un jardin du Roy d'Espagne aux environs de Madrid. - Vue de l'hôtel des ambassadeurs à la cour d'Espagne. - La grande fontaine d'Aranjuez, en Espagne. - Vue perspective du grand cloître de l'Escurial, sépulture des rois d'Espagne. - 37° vue d'optique nouvelle représente le festin donné par l'ambassadeur de France aux seigneurs et dames de la cour de Madrid au sujet de l'infante. - Vue du jardin de St Ildephonse, en Espagne, prise à droite. Autriche : - Jardins et palais du grand écuyer de la reine d'Hongrie dans le faubourg St Joseph à Vienne. - Nouvelle vue d'optique représentant l'hôtel des Ambassadeurs à la cour de Vienne, prise du côté jardin. - Vue des treillages du jardin de S.E. le général Comte d'Althann , en face. - Vue d'une des orangeries du Prince de Schuartzenberg par l'allée du milieu. Allemagne : - Vue perspective de l'entrée du parc du Prince de Manhein en Allemagne. - Vue perspective du superbe palais du Comte Hohent Margrave de Bareith à Erlang. - Perspective du superbe parterre du jardin du Roi de Pologne en Saxe. - Vue de Bilnz, en Saxe du roi de Pologne. - Décoration de théatre en vue d'optique représentant la magicienne Circé. Turquie : - Vue du sérail du grand seigneur ou la grande sultanne fait sa demeure, pris du côté jardin de Constantinople. Russie : - Maison de plaisance de la comtesse de Bestoucheff sur la rivière près de St Petersbourg. - Vue du jardin de plaisance de l'Axarienne. - Vue d'une maison de plaisance aux environs de Moscou prés du canal qui conduite à St Petersbourg. Danemark : - Vue perspective du château et du jardin du roi du Danemark à Copenhague. Pays-Bas : - Vue de la maison dans le bois côté du jardin de S.A.S. le Prince d'Orange Stadhouder des provinces unies. - 32° vue d'optique nouvelle; le château du Bourgmestre Waker aux environs d'Amsterdam. Pologne : Vue de la gallerie à Warmbrunn près d'Hirschberg en Silésie. Les éditeurs sont les suivants : Paris, J.Chereau, rue St Jacques au dessous de la fontaine St Séverin, n° 257. Paris , Basset, rue St Jacques à Ste Geneviève. Paris, Mondhare, rue St Jacques à l'hôtel Saumur. Paris Veuve Beauvais, rue St Jacques. Paris, Daumont, rue St Martin. Georges Balthasar Probst. Paris, Maillet, rue St Jacques. Paris NJB de Poilly, rue St Jacques. On y joint : - Vue du Palais du LUXEMBOURG prise des jardins, début XIX°, vue JOUR et NUIT. Certaines vues étaient perforées de deux manières, l'une en dégageant portes et fenêtres, l'autre en multipliant des petits trous sur les contours des parterres, arêtes des bâtiments, rampes des terrasses. En plaçant une source de lumière au dos, on obtient un effet de féerie. Les vues d'optique étaient regardées comme telles ou placées devant un zograscope, ou boite optique.

Livres - Manuscrits - Autographes - Bandes dessinées Par : SADDE COMMISSAIRES-PRISEURS
Lundi 26 février à 14h30 à Dijon : Dijon - Beaux livres
 
 
 
 
 
Henri Théodore FANTIN-LATOUR  (Grenoble 1836 - Buré 1904) d'après n°143

Henri Théodore FANTIN-LATOUR (Grenoble 1836 - Buré 1904) d'après TITIEN La Vierge au lapin Sur sa toile d’origine TEMPELAERE 48,5 x 61 cm Au revers une étiquette ancienne un cachet d'exposition Au revers de la toile, 9557 Au revers du châssis, une étiquette ancienne Restaurations anciennes Sans cadre Provenance : Collection M. Jacquemart (suivant Madame Fantin-Latour) , En 1935, et en 1939, collection de l'Abbé Archambault, directeur de l'école Fénélon à Paris (suivant la fiche au service d'études et de documentation du département des peintures au musée du Louvre). Bibliographie : Madame Fantin-Latour, Catalogue de l'œuvre complet de Fantin-Latour, Paris, Henri Floury éditeur, 1911, n° 356 (une autre version sur papier, plus petite, 17,5 x 24 cm est citée sous le n°357) , Jean-Pierre Cuzin, sous la direction de, cat. exp., Copier Créer : de Turner à Picasso : 300 œuvres inspirées par les maîtres du Louvre, Paris, 1993, p. 215 (reproduit fig. K, comme non localisé). Comme la plupart des jeunes artistes de son temps, Fantin-Latour a appris son métier en copiant à de nombreuses reprises des tableaux des maîtres anciens dans les musées. Le catalogue raisonné de Victoria Dubourg répertorie pas moins de 117 copies de son mari réalisées entre 1852 et 1870. Cependant, alors que les élèves de l’école des Beaux-Arts choisissaient d’étudier les maîtres du dessin (Raphaël, Poussin, Ingres), Fantin-Latour s’intéressait aux peintres vénitiens de la couleur comme Véronèse et Titien. Par son exemple, il aurait amené Monet et Manet à changer radicalement leur palette et à l’éclaircir, lorsque les trois étudiants travaillaient ensemble dans la Grande Galerie du Louvre : « De lumière ni de couleur ! Manet peignait noir. Monet n’était guère éloigné de même. (…) La copie que Fantin faisait, était là, claire, fraiche, personnelle (…) Fantin avait déchaîné l’impressionnisme moderne » (référence : G. La Touche, « Sur l’impressionnisme », Journal des Arts, 1908, cité dans le catalogue de l’exposition Fantin-Latour, Paris, Grand Palais, 1982, RMN, p. 28). La Vierge au Lapin peinte par Titien entre 1525 et 1530, appartenait à Louis XIV avant d'intégrer les collections du musée du Louvre. Ce tableau a inspiré plusieurs artistes qui en reprennent la composition comme Antoine Coypel ou Pierre Puvis de Chavannes. Une copie par Manet, contemporaine de la nôtre vers 1867, a été léguée au musée du Louvre en 2017. Le tableau de Titien et la copie de Manet sont actuellement exposés côte à côte. Dans son interprétation, Fantin-Latour accentue les effets chromatiques de soleil couchant, peignant avec des couleurs plus saturées et contrastées. Expert : Cabinet Turquin

Objets d’art et de décoration du XXe siècle (après 1890) Par : Osenat Fontainebleau
Dimanche 25 février à 14h00 à Fontainebleau : Mobilier & Objets d'Art
 
 
 
 
Maximilien LUCE (Paris, 1858-1941) 
" Appareilleurs ", c. 1910.
Huile n°375
Maximilien LUCE (Paris, 1858-1941) 
" Appareilleurs ", c. 1910.
Huile
Maximilien LUCE (Paris, 1858-1941) 
" Appareilleurs ", c. 1910.
Huile
Maximilien LUCE (Paris, 1858-1941) 
" Appareilleurs ", c. 1910.
Huile

Maximilien LUCE (Paris, 1858-1941) " Appareilleurs ", c. 1910. Huile sur bois signée en bas à droite et titrée au dos sur une étiquette de la galerie Bernheim Jeune Cie n°183942 ". Haut. 21,5, Larg. 73 cm. Provenance : - galerie Bernheim Jeune, 15 rue Richepanse à Paris, exposition "M. Luce", du 14 au 19 novembre 1910. L'une des trois esquisses d' Appareilleurs référencées sous les numéro 2, 47 ou 54. - ancienne collection du peintre René Prin (1905-1985) à Pacy sur Eure, acquis en 1947. Notre tableau est à rapprocher de plusieurs oeuvres de Maximilien Luce, en raison d'un format de frise relativement proche et d'une iconographie portant sur les travailleurs : -Maximilien LUCE, Paris, Les Halles, vers 1905-1910, huile sur carton, Haut. 14, Larg. 55, 3 cm., signé en bas à droite, collection particulière (Bouin-Luce, Jean, Bazetoux, Denise, Maximilien Luce : catalogue raisonné de l' uvre peint, t. II, Paris, JBL, 1986, p. 229). - Maximilien LUCE, Les Trimardeurs, s.d., huile sur carton, Haut. 15, Larg. 45, 5 cm., cachet de l'artiste en bas à droite, collection particulière (Bouin-Luce, Jean, Bazetoux, Denise, op. cit, p. 227). -Maximilien LUCE, Paris, Les Quais, s.d., huile, frise, signé en bas à droite, Lausanne, collection particulière (Bouin-Luce, Jean, Bazetoux, Denise, op. cit, p. 231). -Maximilien LUCE, Paris, Les Quais de Seine, 1918, huile sur panneau, Haut. 15, 5, Larg. 75, 5 cm., collection particulière (Bouin-Luce, Jean, Bazetoux, Denise, op. cit, p. 231) Bibliographie : - Bouin-Luce, Jean, Bazetoux, Denise, Maximilien Luce : catalogue raisonné de l' uvre peint, 2 vol., Paris, JBL, 1986, pp. 204 à 206. - Ferretti Bocquillon, Marina, (dir.), Maximilien Luce néo-impressionniste, Giverny, Musée des impressionnismes Giverny, Milan, Silvana Editoriale, 2010.

Tableaux modernes et contemporains (de 1870 à nos jours) Par : ROUILLAC
Mardi 20 février à 14h00 à Vendôme : GRAVURES, TABLEAUX & DESSINS MODERNES
 
Maurice DENIS (Grandville, 1870 - Paris, 1943)
Eloa attirée par n°377
Maurice DENIS (Grandville, 1870 - Paris, 1943)
Eloa attirée par
Maurice DENIS (Grandville, 1870 - Paris, 1943)
Eloa attirée par
Maurice DENIS (Grandville, 1870 - Paris, 1943)
Eloa attirée par

Maurice DENIS (Grandville, 1870 - Paris, 1943) Eloa attirée par l’Ange ténébreux, 1917. Toile marouflée sur panneau. Envoi au dos "Au Docteur Galimard / cette esquisse de Maurice Denis / (pour l'illustration d'Éloa) / en souvenir de ses années de / travail aux Grillons du Prieuré / B M Denis" Haut. 27 Larg. 21 cm (deux rayures en haut à gauche) Panneau de 28 x 22 cm. Provenance : collection du docteur Galimard (1912-2008), psychiatre et pédiatre à Versailles, par descendance. Nous remercions madame Claire Denis qui nous a apporté les précisions ci dessous et qui émettra un certificat pour cette œuvre. mauricedenis.com Expert/assesseur près le tribunal pour enfants, consultant au diocèse, outre la pratique des psychanalyses, le docteur Galimard s'est beaucoup intéressé aux enfants en difficultés mentales, sociales, familiales et scolaires, à son cabinet ou dans des établissements spécialisés. Il a publié plusieurs ouvrages. Bernadette Denis, seconde fille du peintre, s'occupait d'un Institut médico-pédagogique de 50 pensionnaires, dépendant de la DDASS, au Prieuré de Saint Germain en Laye, demeure de l'artiste de 1915 à 1943 et maintenant musée lui étant consacré. Illustré par 24 bois de Maurice Denis, le poème d'Alfred de Vigny, " Éloa ou la soeur des anges ", est publié en 1917 à Paris. Ce texte qui fit la gloire du poète en 1824 narre la détresse d'Éloa, un ange qui ne parvient plus à se réjouir dans le concert divin du fait de l'absence d'un de ses frères, Lucifer. Voulant le sauver, Éloa finalement se perdra. Ce travail d'illustration marque la coupure de la guerre chez Maurice Denis, avec ses "larmes raffinées de bleu sombre répondant à celle que le Christ verse au début du poème sur le corps de Lazare, et prélude aux deux grands tableaux de repliement et de résurrection qui suivent." (J-P Bouillon, "Maurice Denis l'estampe et le livre", cat. exposition au musée d'Orsay, Paris, 2006)

Tableaux modernes et contemporains (de 1870 à nos jours) Par : ROUILLAC
Mardi 20 février à 14h00 à Vendôme : GRAVURES, TABLEAUX & DESSINS MODERNES