Imprimer cette page

Vente LiveVente de prestige
Mardi 28 novembre à 14h30 à Angers

Lieu de vente Maîtres CHAUVIRE et COURANT SCP
1 rue du Maine
49100 Angers

Retrouvez l'itinéraire sur Google Maps Expositions :
  • samedi 25 novembre de 15h00 à 18h00 : A l'étude
  • lundi 27 novembre de 10h00 à 20h00 : A l'étude
  • mardi 28 novembre de 9h00 à 11h00 : A l'étude

ENCHERES PAYS DE LOIRE SARL

logo Maîtres CHAUVIRE et COURANT SCP et ENCHERES PAYS DE LOIRE SARL

Contact :
Tél. : 02 41 60 55 19
Fax : 02 41 60 86 34
contact@chauvire-courant.fr

 
Détails des frais et conditions (24,000 % volontaire TTC)

Détails des frais et conditions

Fermer
 

Frais de vente

  • 24,000 % TTC en volontaire

Conditions de vente

Télécharger les conditions de vente

Mentions légales

ENCHERES PAYS DE LOIRE SARL

Opérateur de ventes volontaires (OVV)
Date déclaration ou N° agrément : 2002-167
TVA intra : FR82442910139

Ajouter à ma sélection
 
Vente Live
n°36 Ecole FRANCAISE du XIXe siècle, suiveur de Guillaume BODINIER Un Estimation :
1 500€ - 2 000€
Ecole FRANCAISE du XIXe siècle, suiveur de Guillaume BODINIER
Un

n°36 : Ecole FRANCAISE du XIXe siècle, suiveur de Guillaume BODINIER Un

Fermer
 
 
 
 
n°106 Provenant de l ameublement de la reine Victoria à l occasion de sa Estimation :
4 000€ - 6 000€
Provenant de l ameublement de la reine Victoria à l occasion de sa

n°106 : Provenant de l ameublement de la reine Victoria à l occasion de sa

Fermer
 
 
 

Provenant de l ameublement de la reine Victoria à l occasion de sa visite au château d Eu en 1843 Importante bergère en bois doré à dossier plat à renversement, les montants en pilastre à balustre colossal sculptés de palmettes et rosaces, la ceinture convexe à branches de feuilles de laurier, reposant à l arrière sur de petits pieds en sabre (roulettes d époque postérieure) ; marque feu : EU (couronné) et numéro inscrit à l encre au pochoir : 353. Estampillée JACOB D RUE MESLEE. Epoque Empire. Haut. 100 cm, Larg. 74 cm Provenance : Jean-Jacques Régis de Cambacérès, duc de Parme (1753-1824) jusqu en 1816, Louise Marie Adélaïde de Bourbon-Penthièvre (1753-1821), au château d Eu (Seine Maritime), Louis-Philippe, roi des français (1773-1850), au château d Eu. A l occasion de la visite de la reine Victoria (1837-1901) et du prince Albert au château d Eu, à l invitation du roi Louis-Philippe, entre le 2 et le 7 septembre 1843, le souverain français fît réaménager le rez-de-chaussée du château pour y accueillir dignement ses hôtes de marque. Cet événement important est immortalisé par un album d aquarelles offert par le roi des français à la reine d Angleterre, toujours conservé dans les collections du château de Windsor (Angleterre). Les aquarelles numérotées 8 à 10 représentent de façon assez précise les appartements de la reine Victoria dans le château ; sont illustrés le salon et la chambre de la reine par le peintre Adrien Dauzats ainsi que le cabinet de la reine par François Joseph Nolau. On y distingue assez clairement deux bergères identiques de part et d autre de la cheminée ainsi que des fauteuils dont un exemplaire est aujourd hui conservé au château d Eu et un autre (accompagné d une chaise en suite) à la villa Masséna à Nice (L. Mezin, La villa Masséna, du premier Empire à la Belle Epoque , Paris, 2010, p. 120-121). L histoire de ce mobilier, avant de servir à l occasion de la visite de la reine Victoria en France, est assez bien retracée. On sait notamment qu il fut acheté en 1816 par la duchesse douairière d Orléans, Louise Marie Adélaïde de Bourbon-Penthièvre (1753-1821) à l archichancelier Jean-Jacques Régis de Cambacérès, duc de Parme (1753-1824), en même temps que l hôtel de Roquelaure situé rue Saint Dominique à Paris, dont il constituait l ameublement.

Belle vente mobilière Par : ENCHERES PAYS DE LOIRE SARL
Mardi 28 novembre à 14h30 à Angers : vente de prestige
 
n°181 Commode en palissandre et bois fruitier, ouvrant à trois tiroirs, Estimation :
3 000€ - 4 000€
Commode en palissandre et bois fruitier, ouvrant à trois tiroirs,

n°181 : Commode en palissandre et bois fruitier, ouvrant à trois tiroirs,

Fermer
 
 
 
 
n°196 Paire de bras de lumière en bronze doré à trois branches à enroulement Estimation :
2 000€ - 3 000€
Paire de bras de lumière en bronze doré à trois branches à enroulement
 
Une sélection par ENCHERES PAYS DE LOIRE SARL
 

Belle vente mobilière : Tableaux anciens, mobilier, tapisseries, objets d'art et de collection, arts d'Asie VENTE EN LIVE

120 lots illustrés

Vue liste Vue galerie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Provenant de l ameublement de la reine Victoria à l occasion de sa n°106
Provenant de l ameublement de la reine Victoria à l occasion de sa
Provenant de l ameublement de la reine Victoria à l occasion de sa
Provenant de l ameublement de la reine Victoria à l occasion de sa

Provenant de l ameublement de la reine Victoria à l occasion de sa visite au château d Eu en 1843 Importante bergère en bois doré à dossier plat à renversement, les montants en pilastre à balustre colossal sculptés de palmettes et rosaces, la ceinture convexe à branches de feuilles de laurier, reposant à l arrière sur de petits pieds en sabre (roulettes d époque postérieure) ; marque feu : EU (couronné) et numéro inscrit à l encre au pochoir : 353. Estampillée JACOB D RUE MESLEE. Epoque Empire. Haut. 100 cm, Larg. 74 cm Provenance : Jean-Jacques Régis de Cambacérès, duc de Parme (1753-1824) jusqu en 1816, Louise Marie Adélaïde de Bourbon-Penthièvre (1753-1821), au château d Eu (Seine Maritime), Louis-Philippe, roi des français (1773-1850), au château d Eu. A l occasion de la visite de la reine Victoria (1837-1901) et du prince Albert au château d Eu, à l invitation du roi Louis-Philippe, entre le 2 et le 7 septembre 1843, le souverain français fît réaménager le rez-de-chaussée du château pour y accueillir dignement ses hôtes de marque. Cet événement important est immortalisé par un album d aquarelles offert par le roi des français à la reine d Angleterre, toujours conservé dans les collections du château de Windsor (Angleterre). Les aquarelles numérotées 8 à 10 représentent de façon assez précise les appartements de la reine Victoria dans le château ; sont illustrés le salon et la chambre de la reine par le peintre Adrien Dauzats ainsi que le cabinet de la reine par François Joseph Nolau. On y distingue assez clairement deux bergères identiques de part et d autre de la cheminée ainsi que des fauteuils dont un exemplaire est aujourd hui conservé au château d Eu et un autre (accompagné d une chaise en suite) à la villa Masséna à Nice (L. Mezin, La villa Masséna, du premier Empire à la Belle Epoque , Paris, 2010, p. 120-121). L histoire de ce mobilier, avant de servir à l occasion de la visite de la reine Victoria en France, est assez bien retracée. On sait notamment qu il fut acheté en 1816 par la duchesse douairière d Orléans, Louise Marie Adélaïde de Bourbon-Penthièvre (1753-1821) à l archichancelier Jean-Jacques Régis de Cambacérès, duc de Parme (1753-1824), en même temps que l hôtel de Roquelaure situé rue Saint Dominique à Paris, dont il constituait l ameublement.

Belle vente mobilière