Photo 1/3 du lotPhoto 2/3 du lotPhoto 3/3 du lot
André Beau (1920-2003) - "peintre expressionniste Normand" comme il se définissait lui-même, André Beau est issu d'une famille d'artiste; il est le neveu d'Emile Beau, pianiste de Serge Lifar et petit neveu d'Edouard Lecourbe-Meldew, lui même artiste peintre au début du XXe à Pittsburg et New-York aux USA. De santé fragile il fera de nombreux séjours à Saint Aubin sur Mer en Normandie et découvrira ainsi cette terre d'inspiration à laquelle il sera définitivement attaché. En dépits des soubresauts de l'histoire, André Beau finira sa formation académique après la seconde guerre mondiale, pour devenir professeur de dessin à l'ENSAT de la ville de Paris ce qui lui permettra d'avoir son atelier dans le XIVe arrondissement. Sociétaire du salon des indépendants à partir de 1952, exposant au salon du nu chez Bernheim Jeune, à la galerie Gueïdan de Nîmes, André Beau multipliera les échanges avec les artistes de sa génération, Perroud, Gruslin, Tisseyre, Marca, Terrasson, Cesar, Gatti .... tout en conservant une prédilection absolue pour ses maîtres Bonnard et Monet dont il visitera les lieux de vie et de création à une époque où cela ne se faisait pas encore. Naturellement emprunt de culture musicale de part son environnement familial, André Beau conçoit sa peinture comme une "symphonie musicale", qui relate son rapport avec les siens, sa femme qui sera son modèle quasi exclusive, ses enfants (tout particulièrement son fils dont la disparition brutale laissera un vide évoqué par cet artiste pudique) sa famille donc et .... la Normandie ! Après les Ardennes de Guillaume Derullieux, la Bourgogne d'Henri Gondé, laissez-vous compter à travers ces quelques œuvres, la Normandie du peintre André Beau.
Tableaux modernes et contemporains (de 1870 à nos jours)